Des super-probiotiques à l’épreuve du COVID

Loin de la tempête médiatique, la recherche sur les bactéries à effet thérapeutique a commencé dès le début de la pandémie et se poursuit. Elle confirme l’utilité de ces bactéries en tant que traitement adjuvant des pneumonies, dont celles associées au Covid-19. Et soulignent à nouveau l’importance de l’axe intestin-poumon dans le contrôle du Covid.

Un essai comparatif randomisé, conduit en Italie sur 70 patients atteints du Covid-19, a montré des résultats extrêmement encourageants. Les patients recrutés étaient au stade de pneumonie sévère nécessitant une oxygénothérapie non-invasive, avec une imagerie montrant des poumons touchés à plus de 50 %. L’essai s’est déroulé entre le 7 mars et le 4 avril, période où l’épidémie était au plus fort sous nos latitudes.

Le premier groupe était traité avec de l’hydroxychloroquine, antipaludéen qu’on ne présente plus, de l’azithromycine (bactériostatique) et du tocilizumab, un inhibiteur du récepteur de l’interleukine-6 utilisé pour lutter contre l’orage de cytokines. Le second groupe recevait, en plus de ce même traitement, un complexe de bactéries probiotiques à ultra-haute concentration, à savoir trois prises quotidiennes de 800 milliards d’unités.

Il en ressort que cette prise de probiotiques raccourcit fortement le délai d’amélioration. Une nette majorité des patients du second groupe a montré, en moins de 72 heures, une rémission des symptômes tels que fièvre, dyspnée, toux, migraine, asthénie, douleurs musculaires et diarrhées. Les diarrhées disparaissaient chez la plupart des sujets au bout de 3 jours, dont presque la moitié au bout de 24 h. Après 7 jours de traitement, le risque calculé d’évolution vers une détresse respiratoire avec intubation était 8 fois moindre comparé au premier groupe. Aucun des patients du second groupe n’est décédé. Aucun effet indésirable n’a été rapporté.

Lire l’article complet sur

Dimitri Jacques

est psychonutritionniste libéral, journaliste scientifique et formateur en micronutrition. Élève du Pr Vincent Castronovo, il est l'auteur de plusieurs ouvrages de santé et se consacre à l'étude des relations entre esprit et biologie. Il est engagé auprès d'associations de prévention en santé mentale et de structures éducatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *