Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise ?

Tout au long de la crise, le Pr Christian Perronne s’est alarmé publiquement des dysfonctionnements graves du système de soins et de certaines décisions politiques incompréhensibles. Nous les avons toutes vécues à un rythme effréné, au point parfois de les oublier ou de n’en pas saisir la portée. On appelle ça le brouillard de guerre, ce climat d’incertitude sur l’origine et la fiabilité des informations en temps de conflit. N’oublions pas qu’une pandémie de cette ampleur s’inscrit aussi dans une bataille géopolitique et économique. Ce qui est livré au public est pesé, et n’a pas forcément à voir avec la science. Alors Christian Perronne nous en refait la liste, car c’est trop sérieux pour ne pas l’avoir en tête. Tout est acté, référencé. Rassurez-vous, cet ouvrage est concis, c’est ce qui lui donne toute sa force. Avec une touche d’humour caustique qu’on ne connaissait pas à l’auteur.

Nous sommes en guerre ! Cette formule du président de la République, répétée plusieurs fois pendant son allocution, surprend. En guerre contre qui, contre quoi ? Quels sont les enjeux, les armes, la stratégie ? Les troupes sont-elles prêtes ? Le 18 février, Olivier Véran déclare que « la France est prête, parce que nous avons un système de santé extrêmement solide. » Diable ! Heureusement que l’ennemi fut moins offensif que prévu, car ça sentait la débâcle de 1940.

Le gouvernement n’a pas protégé ses soldats sur la ligne de front. Il a méprisé toutes les professions exposées. Un chef de guerre doit prendre des décisions, même s’il n’a pas de données parfaites. Les données parfaites, on les aura à la fin de la guerre en comptant les morts. Aucune mission officielle n’a cherché à comprendre ce que faisaient les Allemands ou les Coréens pour s’en inspirer.

Pr Christian PERRONNE

Durant sa carrière, Christian Perronne a participé à la gestion de nombreuses épidémies. Il est catégorique : les leçons ne sont jamais tirées. Chaque fois qu’une épidémie est terminée, les moyens sont à nouveau retirés. C’est un peu comme si un pays cessait de financer son armée au prétexte qu’il n’y a pas de guerre. Les politiques ont beaucoup de mal à comprendre la gestion très particulière des maladies infectieuses, imprévisibles par nature.

Lire l’article entier sur

Y a t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise ? du Pr Christian Perronne, aux éditions Albin Michel, 2020

Dimitri Jacques

est psychonutritionniste libéral, journaliste scientifique et formateur en micronutrition. Élève du Pr Vincent Castronovo, il est l'auteur de plusieurs ouvrages de santé et se consacre à l'étude des relations entre esprit et biologie. Il est engagé auprès d'associations de prévention en santé mentale et de structures éducatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *