Lyme : de nouveaux tests fondés sur les bactériophages

Après trois ans de travail, l’équipe de recherche du Dr Louis Teulières est parvenue à caractériser les phages spécifiques de toutes les souches connues de Borrelia, trouver des éléments communs à tous ces phages et sur cette base, à mettre au point un test PCR. Le projet est financé par Phelix, une œuvre de charité, sous la direction scientifique du CHU de Leicester. L’avantage d’un test PCR-phages est qu’il intervient tout de suite, pour vérifier une infection après une piqûre de tique. Même en phase tardive, sa sensibilité est beaucoup plus importante, de l’ordre de 50 % en comparaison avec les PCR classiques.

Ce nouveau test est disponible depuis le 1er juillet. Son coût demeure pour le moment à la charge du patient. L’interprétation des résultats doit être assurée par un professionnel de santé suffisamment au fait de la maladie et formé à ce type d’approche. Si le test est proposé par défaut sur un prélèvement sanguin, il est également possible à partir d’autres supports, comme une biopsie, le liquide céphalo-rachidien ou le liquide synovial d’une articulation. Le test de base devrait aussi être proposé sur prélèvement salivaire, c’est plus simple pour les enfants.

Lire l’article complet sur

Dimitri Jacques

est psychonutritionniste libéral, journaliste scientifique et formateur en micronutrition. Auteur de plusieurs ouvrages de santé, il se consacre à l'étude des relations entre esprit et biologie. Il est engagé auprès d'associations de prévention en santé mentale et de structures éducatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *