Les sophrologues s’intéressent aux troubles alimentaires

reunion_onsLe 15 octobre 2009, le récent Observatoire National de la Sophrologie tenait son assemblée générale. La journée a été l’occasion de définir des commissions de travail thématiques. L’une d’entre elles s’intéresse aux troubles du comportement alimentaire (TCA). Instance de rapprochement et d’étude des pratiques dans le but de développer la discipline, l’Observatoire cherche à mesurer l’impact réel de la sophrologie à grande échelle, et à comprendre dans quelle mesure elle peut contribuer à une évolution positive de ces pathologies.

La sophrologie a déjà montré certaines capacités à apporter un bien-être et aussi l’espoir dans les TCA, en offrant à ceux qui en souffrent un espace pour se dire et s’écouter, à l’écart du tumulte souvent infernal qui agite leur esprit. Il s’agit à présent de développer une compréhension des mécanismes afin de les rendre reproductibles et de les intégrer plus facilement dans les différentes pratiques de santé. Par des actions d’enquêtes, de recherches, de statistiques, en s’appuyant sur des démarches et des connaissances tangibles, l’objectif est de mettre en place une validation scientifique.

Face aux multiples visages de ces troubles, la sophrologie devra rester fidèle à ses origines, à savoir l’alliance de ce que la science moderne nous apporte de plus pointu dans la connaissance l’homme, et de la vision globale de la santé dont nous avons hérité des traditions orientales les plus anciennes. Il y a fort à parier qu’une telle démarche donnera un meilleure lisibilité de ce qui se joue dans les troubles alimentaires, et peut-être une compréhension accrue de ce que signifie se nourrir.

Les associations de patients et leurs familles sont demandeuses d’information sur la sophrologie. L’Observatoire déclare avoir tout intérêt à travailler étroitement à leurs côtés, afin d’améliorer l’accessibilité de la sophrologie à un public élargi.

Dans le cadre du développement de cette commission, l’Observatoire lance un appel aux sophrologues et autres praticiens de santé qui travaillent auprès de personnes atteintes de troubles alimentaires (anorexie, boulimie, compulsions, hyperphagie…), afin d’apporter leur témoignage et d’élargir le panel d’étude.

Vous aimez ce contenu, partagez leShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *