Maladie de Lyme : le Dr Marc Bransten veut sortir de l’impasse

Un vent de révolution souffle sur la borréliose de Lyme, cette maladie transmise par les tiques et dont la forme chronique, potentiellement grave et handicapante, fait l’objet de nombreuses controverses. Des malades en ont assez de n’être pas pris aux sérieux. Des médecins en ont assez d’être convoqués devant le conseil de l’Ordre pour avoir simplement fait leur travail. La recherche avance, mais pas en France. Le Dr Marc Bransten, médecin pionnier qui revendique de nombreux succès thérapeutiques, monte au créneau dans ce nouveau livre.

Ce qui frappe d’abord dans son ouvrage, c’est le récit implacable des malades en errance médicale, ne devant souvent leur salut qu’à une rencontre fortuite hors du système de soins conventionnel. Un scénario qui se répète et ne semble pas attirer l’attention des autorités sanitaires. Et très vite, le sentiment pesant que ça ne peut plus durer. On veut comprendre où ça bloque.

On découvre que la disparité de l’offre de soins d’un pays à l’autre est énorme, et la France fait partie des derniers de la classe. Notamment parce qu’elle s’accroche à son test diagnostic Elisa, celui-là même que les Etats-Unis ont abandonné en 2017 pour son manque de fiabilité. L’auteur dénonce l’absence de financements en France, alors qu’aux États-Unis, l’université de New Heaven et l’hôpital universitaire Johns-Hopkins ont reçu plusieurs millions de dollars pour mettre au point de nouveaux traitements.

Le Lyme chronique à l’épreuve des dogmes médicaux

Marc Bransten pointe le refus de l’évidence, malgré de nombreuses études et témoignages, de la forme chronique de la maladie, par dogmatisme. Il est vrai que cette maladie remet en question les fondamentaux de la médecine. Il n’est pas toujours facile d’accepter de tout revoir.

Pourquoi cet entêtement à faire suivre aux patients un parcours de soins coûteux, les laissant au passage subir un insoutenable délabrement physique et mental, au lieu de se livrer à l’exercice premier du médecin : l’écoute du malade ?

Dr Marc Bransten

Un Lyme chronique sort du champ de l’infectiologie pour entrer dans le domaine très vaste de l’immunologie. Une médecine trop compartimentée sera en échec. Le « polymorphisme des symptômes, leur persistance, leur récurrence et leur aspect multisystémique » doivent alerter et déclencher des investigations approfondies. Pour l’auteur, ces investigations devraient s’étendre à l’ensemble des maladies auto-immunes et des maladies inflammatoires chroniques, au regard de l’implication de la borréliose dans un certain nombre d’entre elles. Il ne s’agit pas de voir Lyme partout, mais plutôt de reconsidérer des maladies jusqu’ici mal soignées à la lumière de nouvelles connaissances.

Les borrélies : des adversaires féroces

Ce livre est aussi une enquête biologique, minutieuse, traquant les mécanismes qui sous-tendent une maladie rebelle. On y apprend des détails passionnants, comme par exemple que les borrélies, lorsqu’elles évoluent dans les tissus conjonctifs, se déplacent beaucoup plus vite que les globules blancs censés les capturer. Ou encore que ces bactéries ne sont pas énergétiquement autonomes, elles ont tendance à infecter nos cellules pour détourner l’énergie des mitochondries, ce qui en fait des parasites.

Des détails qui, s’ils peuvent rebuter le profane au premier abord, pourraient expliquer l’importante fatigue généralement ressentie par les personnes infectées, de même que l’incapacité du système immunitaire à venir à bout des bactéries.

Lire l’article complet sur

Maladie de Lyme chronique : sortir de l’impasse, du Dr Marc Branstein, aux éditions Le Passeur, 2018

Dimitri Jacques

est psychonutritionniste libéral, journaliste scientifique et formateur en micronutrition. Auteur de plusieurs ouvrages de santé, il se consacre à l'étude des relations entre esprit et biologie. Il est engagé auprès d'associations de prévention en santé mentale et de structures éducatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *